Tir du Roy

En attente de la création du mandat épreuve prévu pour juin

 

Une des traditions les plus anciennes en archerie est le tir du Roy. Ce tir est aussi appelé tir à l’oiseau ou tir au papegay (papegen en flamand ou papagayo en espagnol veut dire perroquet), souvenir de l’occupation des Flandres par l’Espagne sous Charles Quint. Ce jeu était favorisé par le Duc de Bretagne et le Roi de France car en développant l’émulation entre archers, il permettait de maintenir partout la présence d’hommes habiles pouvant être utiles en cas de guerre. Chaque année le Roy de chaque Compagnie d’Archerie bénéficiait de l’honneur et de la renommée mais aussi de privilèges fiscaux et notamment de la possibilité de vendre l’équivalent de plusieurs milliers de litres de vin hors taxes.

A cette occasion les archers visent un oiseau de différente taille, et à différentes distances, suivant la catégorie des archers et leurs types de matériel. Traditionnellement l’oiseau était placé sur une perche à 18 mètres de haut, mais la sécurité des terrains ne permette plus ce genre de tir. Ainsi à Saint Malo, il arrivait parfois que l’on place l’oiseau sur les mats des bateaux. Les oiseaux sont maintenant placés sur les paillons de tir, entre 10 et 50 mètres. Il y a un ordre de passage bien déterminé. Le premier est le Roy de l’année précédente, suivi du Président du Club, des membres du Conseil d’Administration et des archers par ordre d’ancienneté au Club. A tour de rôle chaque archer tire une flèche, celui qui parvient le premier à abattre l’oiseau est nommé Roy ou Roitelet du Club, il est revêtu de son écharpe officielle. Le titre de Roy ne donne pas accès à des fonctions officielles mais permet d’être le seul à emprunter l’allée du Roy : une porte particulière qui permet d’entrée sur le terrain de tir du club. En principe le Roy doit construire lui-même les oiseaux pour l’année suivante. Ce titre est remis en jeu chaque année. Il peut se rendre au Tir du Roy de France, qui à lieu chaque année le 1° mai à Vic sur Aisne. Si un archer parvient à abattre l’oiseau trois années de suite, il est déclaré Empereur. Il garde ce titre à vie, passe par l’allée du Roy, a ne va plus chercher ces flèches.